Après Séance : Ad Astra

Ad Astra est un film de science-fiction américain écrit et réalisé par James Gray.

L’astronaute Roy McBride s’aventure jusqu’aux confins du système solaire à la recherche de son père disparu et pour résoudre un mystère qui menace la survie de notre planète. Lors de son voyage, il sera confronté à des révélations mettant en cause la nature même de l’existence humaine, et notre place dans l’univers.


Cinéaste à la filmographie de très grande qualité (« The Yards« , « Two Lovers« , « The Lost City of Z« ), James Gray s’est imposé, au fil du temps et des années, comme l’un des auteurs majeurs du cinéma américain contemporain, dont chaque film suscite l’attente et la curiosité des cinéphiles. Une impression qui s’est d’autant plus renforcé dans ce cas-ci, dès l’annonce de son projet de film de S-F avec Brad Pitt en vedette; Gray faisant partie de ces réalisateurs n’hésitant pas à imprimer leurs pattes personnelles sur différents genres (le film noir avec « The Yards », « La nuit nous appartient » et « Little Odessa« ), le film sentimental avec « Two Lovers » ou plus récemment le film d’aventure avec « The Lost City of Z« .

Le premier grand mérite de « Ad Astra » est que James Gray, tout en restant fidèle à ses thématiques d’auteur (les rapports complexes père-fils, l’impact de la famille sur la vie professionnelle, la solitude), arrive à en faire un film accessible, voir même franchement « grand public » mais intelligent et intéressant. Là où certains cinéastes auraient profité du cadre de la S-F pour partir dans un trip métaphysique histoire de se rapprocher d’une atmosphère proche du « 2001… » de Kubrick, Gray préfère un récit simple, dans le bon sens du terme (l’astronaute Roy McBride part dans l’espace à la recherche de son père lui aussi astronaute et disparu depuis longtemps, qui serait responsable d’une série d’incidents menaçant notre planète) mais qui pose des questions profondes sur le devenir de l’homme, nos rapports avec nos proches ou encore le poids de l’héritage familial.

Au travers d’un récit alternant avec efficacité moments spectaculaires (avec parcimonie et sans abus d’effets spéciaux pyrotechniques) et séquences plus intimistes, le réalisateur nous convie à un voyage philosophique passionnant qui nous questionne avant tout sur nous-même et sur notre place dans l’univers. Et c’est en restant focalisé sur les péripéties de son scénario plutôt que de partir dans une direction trop contemplative que James Gray arrive à ne jamais ennuyer le spectateur et à le rendre d’autant curieux de suivre cette fresque intimiste.

D’un point de vue formel, le film vaut également le détour. Sans chercher l’excellence à tout prix, le réalisateur opte pour des plans certes classiques mais efficaces (panoramiques horizontaux pour représenter l’immensité de l’espace, plans rapprochés, voir très rapprochés sur les visages des personnages) destinés avant tout à faire ressentir et ressortir de l’émotion. Une chose que Gray arrive très bien à faire à travers Brad Pitt, qui trouve ici l’un de ses plus beaux rôles. Très sobre sans être monolithique, avec des expressions faciales relativement variées, le tout servi par une « voix-off » volontairement triste mise au service du scénario, l’acteur est vraiment très convaincant, une fois de plus. A ses côtés, bien que moins présents à l’écran, Tommy Lee Jones, Liv Tyler et Ruth Negga sont eux aussi plutôt bons.

Ambitieux sans être prétentieux, spectaculaire sans être excessif, intelligent tout en étant divertissant, ponctués de références cinématographiques tout en conservant son propre adn (on pense évidemment à « 2001… » mais aussi à « Apocalypse Now« ), « Ad Astra » est assurément l’un des films majeurs de cette année, qui prouve une fois encore tout le talent de James Gray, qui se montre décidément à l’aise dans tous les genres tout en restant fidèles à ses obsessions.

François Bruwier.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s