Critique : Two Night Stand (2014)

Two Night Stand (Aventure d’un soir) est une comédie romantique américaine réalisée par Max Nichols.

Alors que Megan broie du noir côté sentimental, professionnel et presque social, sa colocataire et meilleure amie lui recommande de se lancer avec plus de sérieux dans la recherche du parfait amour sur les sites de rencontre. Ce faisant, elle prend rendez-vous avec un parfait inconnu avec qui elle passe la nuit. Au moment de se séparer le matin, elle est bloquée dans son appartement par la neige annoncée tout le Week-end. Commence alors une aventure de plus qu’un soir.


On est samedi après-midi, et le soleil est loin d’être au rendez-vous. C’est pourquoi, je me suis posé devant cette petite comédie romantique. A première vue, le long métrage apparait comme un énième produit à l’américaine qui serait dans la lignée de Sex friends.

C’est avant-tout pour le duo Teller/Tipton que je m’intéresse à ce film. Tous les deux se sont révélés au début des années 2010, et affichent aujourd’hui des filmographies assez intéressantes. Le réalisateur, Max Nichols met en scène son tout premier long métrage. Surprise à l’horizon ? Il y a peu de chances…


Nichols or not Nichols

Two Night Stand affichait un certain potentiel avec sa base scénaristique, mais elle s’est très vite noyée sous les grosses ficelles de la romance à l’américaine. Max Nichols est très loin d’atteindre le rang de son père, Mike Nichols (Le Lauréat, Closer). Sa mise en scène n’exploite que très légèrement le côté huis clos qui s’offrait à lui. Il ne fait que réchauffé, ce qui a déjà été réchauffé par le passé. Les situations et le comique de situation ne fonctionnent pas vraiment. Bref, ça manque de punch et d’originalité sur la forme.

En ce qui concerne le fond, tout n’est pas à jeter. Tout d’abord, l’approche des relations sentimentales et sexuelles est plutôt bonne, et surtout elle reflète la jeunesse de la société moderne. En revanche, c’est sous-exploité à des kilomètres. Les personnages sont brossés dans le sens du poil, sans apporter la moindre originalité. C’est cousu de fil blanc de part en part, malgré l’attachement que l’on porte au duo Teller/Tipton. Les deux interprètes se montrent convaincants, sans pour autant dévier au balisage lié à leurs personnages. Il y a un manque criant de fraicheur et d’étincelles pour que cette comédie romantique parvienne à se démarquer.

La bande originale se calque, comme tout le reste, sur les autres produits du genre. Une autre représentation des ficelles classiques de la comédie romantique à l’américaine.

En résumé, Two Night Stand est une énième comrom lisse et sans réelle saveur. A oublier.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s