Après Séance : La Reine des Neiges II

La Reine des Neiges II est le 143e long-métrage d’animation et le 58e « Classique d’animation » des studios Disney. Réalisé par Chris Buck et Jennifer Lee.

Six ans après le carton mondial du 1er opus, revoici donc Elsa, reine du royaume d’Arandelle, sa soeur Anna, son fiancé Kristoff et leurs comparses Olaf, bonhomme de neige excentrique et Sven le renne pour un deuxième chapitre se voulant plus mature et plus épique.

Dans ce second volet, Elsa va devoir utiliser ses pouvoirs à bon escient, pour libérer son royaume mis à l’épreuve par les forces de la nature. Cette quête sera également l’occasion pour elle et ses proches de découvrir l’origine de ses capacité spéciales.Voila, sans en dire plus, pour le « pitch » de cette suite. Dire qu’elle était attendue relève de l’euphémisme tant le 1er opus, en six ans, est devenu un sacré phénomène culturel, et pas uniquement à coup de « Libérée, Délivrée » (Et Dieu merci).

Plutôt que d’opter pour un effet de redite, les réalisateurs et scénaristes (par ailleurs les mêmes que sur le 1er) ont choisit un côté plus orienté « Héroïc Fantasy médiéval » façon « Seigneur des Anneaux » ou « Game of Thrones » (en beaucoup plus familial ceci dit), allant même jusqu’à délaisser par moments les aspects féeriques et enchanteurs du 1er film. Ce qui en soit n’est pas une mauvaise chose, dans la mesure où certains aspects qui pouvaient paraître un peu gnan gnan auparavant (les dialogues entre Anna et Elsa, les diverses péripéties) paraissent ici plus matures et même plus logiques. De même, le scénario (chose de plus en plus rare dans un Disney) ose aborder des thèmes plus sérieux et tragiques tels que la disparition des parents, la découverte des pouvoirs d’Elsa ou encore la vie du peuple de la forêt magique jouxtant le royaume d’Arandelle; ce qui rend cette suite d’autant plus agréable à suivre, lui conférant un aspect plus humain et moins « conte de fées ».

Pour ce qui est de la forme du film, autant dire qu’on est gâté. Les images sont tout simplement superbes, et même encore plus belle que celles du 1er (faut dire qu’en six ans, les technologies ont quand même bien avancées), offrant de très beaux effets de relief. De même, l’humour, déjà fort présent dans l’épisode d’avant, se voit ici renforcé, notamment à travers l’hilarant Olaf (qui peut aussi se montrer très touchant); de quoi un peu faire décompresser l’atmosphère plutôt bien chargé.

Si on pourra toujours faire la fine bouche devant certains procédés marketing « made in Disney » (un nouveau petit personnage qui ne semble être là que pour faire vendre des jouets, des chansons parfois un peu inutiles), on peut aussi se satisfaire du côté moins aseptisé et surtout plus humain de cette suite, allant même jusqu’à faire fi de certains codes « Disneyens » classiques (présence d’un méchant obligatoire, personnages « gentils tout gentils »).

En somme, « La Reine des Neiges 2 » présente tous les atouts d’un beau spectacle familial de Noël, à l’ambiance différente du 1er, avec un scénario plus consistant, des rendus visuels plus aboutits et des personnages principaux toujours aussi attachants.

François Bruwier.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Fab!en dit :

    Je n’ai pas encore été voir cette suite. Est-ce que la VF est de bonne qualité ? C’est la VF qui m’avait fait déprécier le premier film au premier visionnage.

    J'aime

  2. belette2911 dit :

    Si elle chante ♫ libérée, délivrée ♪ je fais un malheur ! 😆

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s