Top 20 des films années 2010 qu’il faut absolument voir !

Une nouvelle décennie est à présent derrière nous, et il s’y est passé énormément de choses. Des révélations, des consécrations et surtout de grands moments passé au cinéma. Il a été difficile de ne retenir que 20 films pour représenter au mieux les années 2010. Voici notre Top « collectif » des incontournables de cette décennie. 

 La Taupe de Tomas Alfredson

Après le magnifique Morse (2008), Tomas Alfredson nous livre un nouveau bijou. Un anti-James Bond des plus raffinés et maitrisés. Oubliez les explosions et les courses-poursuite, le cinéaste suédois dépeint avec maestria l’espionnage anglais des 70’s avec une finesse implacable. Le réalisateur orchestre un faux calme oppressant qu’il concrétise de la plus belle des manières. De plus, le casting est incroyable !

Trainé sur le bitume de S. Craig Zahler

Malheureusement, beaucoup ont découvert cet immense polar dvd ou en streaming, à cause d’une distribution inexistante dans l’hexagone. C’est dommageable, car le cinéma de S. Craig Zahler mérite clairement l’empreinte du grand écran. Trainé sur le bitume (ou Dragged Across Concrete) percute notre rétine et frappe fort à l’estomac. Mel Gibson, Vince Vaughn et Tory Kittles sont impeccables !

Gainsbourg, vie héroïque de Joann Sfar

Un immense défi s’est offert à Joann Sfar et il l’a merveilleusement relevé. Gainsbourg, vie héroïque est très certainement le plus beau biopic français de la décennie. Joann Sfar s’est parfaitement imprégné du parcours de l’homme aux feuilles de choux. Aux côtés de Laetitia Casta, Lucy Gordon et Anne Mouglalis, Eric Elmosnino signe la performance de sa carrière. Tout baigne dans une cohérence et un équilibre artistique renversants.

 COCO de Lee Unkrich et Adrian Molina

« Ne m’oublie pas…« 

Difficile de l’oublier, tant Coco est l’un des plus beaux films d’animations Pixar. Vu en salle et revu à la maison, ce conte, sur fond de culture mexicaine, est tout simplement merveilleux. Une richesse visuelle qui sert une sublime histoire qui touche en plein cœur. Le long métrage fait appel à notre rapport avec la famille, le temps qui passe et la maladie. Et évidemment, on ne peut qu’être touché par le parcours de Miguel entre le monde des vivants et des morts.

 Incendies de Denis Villeneuve

Une claque venue du Canada, qui révèlera aux yeux du grand public l’un des cinéastes les plus importants de la décennie, à savoir Denis Villeneuve. Incendies nous a littéralement scotché sur notre siège. Le cinéaste québecois fait preuve d’une grande maitrise de mise en scène pour une incroyable histoire. Si vous avez apprécié  Prisoners, Sicario ou encore Enemy, on vous conseille fortement de (re)découvrir cet immense film qu’est Incendies.

 The Lost City of Z de James Gray

Un grand défi pour James Gray qui rime avec un nouveau coup de maître. Le cinéaste américain s’est réellement aventuré vers un nouveau genre et de nouveaux pays. Il nous embarque dans un cinéma proche de celui de Francis Ford Coppola, John Boorman ou encore Werner Herzog. Rassurez-vous, on n’est pas dans le copier/coller, James Gray impose sa patte artistique et ses choix, ce qui nous donne une œuvre viscérale, minutieuse et passionnante. The Lost City of Z est une odyssée comme on en voit peu de nos jours.

 Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese

Martin Scorsese démontre une nouvelle fois que son cinéma est toujours en ébullition. A chacune de ses réalisations, le cinéaste américain parvient toujours à nous émerveiller. Le Loup de Wall Street est un feu d’artifices de trois heures, où l’on enchaine les répliques pétillantes et les moments d’anthologie. Après avoir traité à de multiples reprises les gangsters, Martin Scorsese injecte toute sa maestria pour nous dévoiler une autre facette du crime, celle de la finance.  Leonardo DiCaprio retrouve le réalisateur pour une cinquiéme collaboration et une nouvelle grande performance de la part de l’acteur. Bref, tous les ingrédients du grand et très bon cinéma sont réunis. Masterpiece !

 Mad Max Fury Road de George Miller

Chaque décennie à son blockbuster référent, celui qui dépoussière les codes et offre un spectacle unique en son genre. Mad Max Fury Road est incontestablement une claque retentissante et inoubliable ! George Miller décape (une nouvelle fois) le cinéma d’action, comme l’ont fait les Wachowski et James Cameron avant lui. Une déflagration visuelle et sonore inoubliable !

Mademoiselle de Park Chan-wook

Encore une fois, Park Chan-wook nous a émerveillé par sa virtuosité à nous conter une histoire des plus belles et des plus sombres. Le cinéaste sud-coréen nous livre une bijou cinématographique, à fois séduisant et déstabilisant. Mademoiselle respire l’élègance, la passion et l’amour, comme le reflète chaque plan du metteur en scène. Sans oublier la performance collective du casting, qui apporte énormément au long métrage et à son propos. On baigne dans l’audace et l’intelligence de la première à la dernière seconde. Une pure merveille !

Alabama Monroe de Felix Van Groeningen

Pris de passion pour la pièce de théâtre, Felix Van Groeningen a la porter sur grand écran. A travers sa caméra, il nous transmet tout l’amour qu’il éprouve pour l’histoire et ses personnages. Il est très difficile de résister au cocktail émotionnel qui vibre sans cesse dans ce film magnifique. Alabama Monroe frappe en plein cœur ! Il y a une énergie remarquable qui émet des interprètes, de la musique, en plus du regard de Felix Van Groeningen. Une grande et belle déclaration d’amour à la liberté et à l’humanité.

Sicario de Denis Villeneuve

L’un des uppercuts de la décennie ! Sicario tranche le cinéma d’action, de guerre et le thriller psychologique pour ne faire qu’un. Porté par la plume de Taylor Sheridan, Denis Villeneuve amène une nouvelle dimension au polar. Une immersion d’une puissance rare, qui renvoie à la réalité de l’Amérique d’hier et d’aujourd’hui. Le trio Blunt/Broslin/Del Toro fonctionne à la perfection, loin des clichés et des stéréotypes du genre. Une grande et belle confirmation pour le cinéaste canadien.

SHame de Steve McQueen II

Après le brillant Hunger, Steve McQueen II collabore de nouveau avec Michael Fassbender pour lui offrir un nouveau grand rôle, si ce n’est le plus grand de sa carrière. Dés son ouverture, Shame se révèle comme une œuvre que l’on oubliera pas.  Il est encore difficile de mettre des mots sur ce film, tellement il frappe juste sur la société d’aujourd’hui, notre rapport au sexe, à l’amour et à la solitude. Une pépite cinématographique qui bouscule, fascine, et dérange.

Whiplash de Damien Chazelle

Damien Chazelle signe son premier chef d’oeuvre à l’âge de 27 ans seulement. Whiplash nous a totalement secoué par son propos, sa mise en scène éclatante et les interprétations de J.K. Simmons et Miles Teller. Une immersion maitrisée de bout en bout, que ce soit sur le fond ou la forme. Chaque séquence est murement réfléchie, à l’image du montage millimétré qui est en adéquation avec le jazz et les émotions. Damien Chazelle nous offre un authentique spectacle de cinéma, qui pousse à la réfléxion sur les thématiques abordées. Une parfaite représentation de l’amour pour l’art du cinéma et de la musique.

Cloud Atlas de Tom Tykwer, Lana Wachowski et Lilly Wachowski

Une merveille ! Les Wachowski et Tom Tykwer signent une fresque incroyablement riche, complexe et maitrisée. Aux premiers abords, le long métrage apparait foutraque, mais prend tout son sens et ses intentions au fur et à mesure. Il se dégage une grande virtuosité et vraie complémentarité entre les deux équipes. Chacune à son chef opérateur, son décorateur, son costumier, mais l’ensemble ne perd jamais de vue la ligne directrice qui les réunit. Il y a une cohésion et une cohérence dans le travail et à l’écran, c’est remarquable ! Côté scénario, il était dit que le roman de David Mitchell ne pouvait pas être adapté au cinéma. Tom Tykwer, Lana et Lilly Wachowski ont prouvé que c’était possible. A eux trois, ils ont réussi à retranscrire sur le papier et à l’écran toute la sève que contient Cartographie des nuages. Ils ont instauré une boucle où les tares de l’humain et son système l’ont conduit dans une chute à plusieurs vitesses. Les six histoires font échos à une seule grande histoire, celle de l’homme et de sa destruction. La distribution livre une performance collective. Cloud Atlas est un véritable bijou ! Un condensé d’audace et d’ambition qui traite de la réalité par le rêve. Du haut niveau sur tous les plans.

Birdman d’Alejandro González Iñárritu

Alejandro González Iñárritu entrechoque avec génie deux mondes, celui du théâtre et celui du cinéma. Une scénographie audacieuse et immersive, qui épouse un script étincelant d’intelligence. Birdman est une œuvre vertigineuse sur l’après succès et la quête d’un nouveau sommet. Ça transpire le génie sur chaque plan et chaque page. Michael Keaton, Edward Norton et Emma Stone sont parfaits !

Parasite de Bong Joon-ho

Tout y est ! Bong Joon-oh a frappé de tout son talent cette œuvre époustouflante. Parasite est tout bonnement l’un des plus grands chefs d’oeuvre du cinéma sud-coréen. Le cinéaste aborde plusieurs thématiques en entrecroisant les genres et les rôles. Son travail dans la mise en scène et l’écriture est d’une richesse incroyable, sans oublier des acteurs et des actrices inspirés et parfaitement dirigés. Une œuvre intemporelle qui a mis tout le monde d’accord au Festival de Cannes, aux Golden Globes et aux Oscars.

La La Land de Damien Chazelle

Grâce au succès critique et public de Whiplash (2014), Damien Chazelle a pu financer ce projet de comédie musicale qu’il avait composé en 2010. Le réalisateur américain réalise son rêve, et nous y emporte de la première à la dernière seconde. A chaque visionnage, on vibre comme si c’était le premier. La La Land scintille sur tous les plans. La musique de Justin Hurwitz est absolument géniale et inoubliable. Chacune de ses compositions épouse la direction artistique, le scénario, les personnages… Bref, un chef d’oeuvre remarquable et qui a déjà une joli empreinte dans la culture populaire.

Premier Contact de Denis Villeneuve

Premiers pas dans la science-fiction, et premier chef d’oeuvre de Denis Villeneuve. Ce dernier a signé ce bijou dans la grande discrétion entre Sicario et Blade Runner 2049. A chaque visionnage, on ne peut pas cacher notre émotion et notre admiration pour ce réalisateur. Sa mise en scène est d’une beauté qui transperce le spectateur, de part sa simplicité et sa fluidité. Un labyrinthe s’offre au spectateur, grâce notamment à la force du montage. Sur chacun de ses films, Denis Villeneuve prend le montage très très au sérieux, tout comme un certain Christopher Nolan. Des personnages forts et parfaitement interprétés portent le film, mais il faut également souligner les thématiques intemporelles et la musique du très regretté Jóhann Jóhannsson. Une claque incontournable du genre, et qui résonne comme l’un des plus grands films de science-fiction de ses 20 dernières années.

Mon Roi de Maïwenn

Bien avant sa sortie en salles, on sentait que Mon Roi allait marquer nos mémoires et nos esprits. Maïwenn + Emmanuelle Bercot + Vincent Cassel + Louis Garrel + Isild Le Besco, on appréhendait une œuvre forte et intimiste. Et comme vous pouvez le constater avec cette sélection, on considère Mon Roi comme l’un des plus beaux et grands films des années 2010. Un immense cocktail émotionnel est distilé dans ce long métrage. Une tornade pleine d’énergie et de nervosité. Après l’excellent Polisse, Maïwenn signe une véritable perle avec des acteurs renversants et vivants !

Interstellar De Christopher Nolan

Comme pour tous les films présents dans cette sélection, on savait qu’une fois sorti de la salle, Interstellar allait apparaître parmi les plus grands qu’on ait pu voir au cinéma. Christopher Nolan nous avait impressionné avec Inception, et il nous a totalement conquis avec ce voyage à travers le temps et l’espace. Une expérience vraiment pas comme les autres, où le spectacle est à la fois magnifique et macabre. Les thématiques et les symboles sont développés pour que le spectateur puisse se perdre à la frontière du réel et de l’imaginaire. Tout est orchestré pour vivre au plus près les émotions, à l’image du score de Hans Zimmer. Ce dernier signe une bande originale totalement en adéquation avec le propos et son environnement principal.

Christopher Nolan hisse le cinéma d’auteur au rang de blockbuster, et le résultat final est exceptionnel. Le scénario est minutieux, et toujours aussi passionnant et surprenant.  Le casting réalise une véritable performance collective, notamment Matthew McConaughey. Bref, Interstellar s’est révélé être une oeuvre magistrale et très intense.


Mentions Honorables 

Ready Player One 

Mektoub My Love 

Drive 

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. princecranoir dit :

    Ah non, désolé, pas ready player one. Et pourtant j’adore Spielberg. Le pont des espions, the Post, même Tintin à la rigueur… Mais pas celui-là.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s