Top 5 des films avec Jean Gabin à voir absolument !

Considéré comme le patriarche des acteurs à la française, Jean Gabin reste l’un des symboles forts du cinéma hexagonal. On peut parler de grand patron du métier d’acteur, tant il a apporté par son charisme, son élégance et sa gouaille. Ce monstre sacré méritait bien que l’on s’attarde un peu sur sa filmographie, qui compte près de 100 films. Voici une petite sélection totalement subjective de ses meilleurs films.

 La Traversée de Paris  (1956) de Claude Autant-Lara

Inoubliable ! La Traversée de Paris est très certainement le chef d’oeuvre de Claude Autant-Lara. Devant sa caméra, ce dernier réunit trois des plus grands acteurs français pour une grande et belle aventure.  L’anecdote concernant ce film, c’est que Jean Gabin a accepté le rôle de Grandgill car il voulait travailler aux côtés de Bourvil. Leur première scène fut justement celle de la première rencontre entre Martin et Grandgil. Lorsque Gabin rentre (de dos) dans le bistrot et lance un « Bonsoir » inquiétant, l’acteur Bourvil était terrifié. Mais au final, ce sont trois amis qui se donnent la réplique et c’est pour cela que c’est un si beau film et que les acteurs sont grandioses. Une complicité que l’on retrouvera à travers d’autres films.

Le Chat (1971) de Pierre Granier-Deferre

Pour la seconde fois, Jean Gabin tourne pour Pierre Granier-Deferre après « La Horse », qui a obtenu un succès modeste mais non négligeable. L’acteur se retrouve face à son égal côté féminin, à savoir Simone Signoret. Immense actrice du même calibre que lui, ce qui ne pouvait que nous offrir un grand moment de cinéma. Ils se retrouvent tous les deux dans un film dur et mélancolique. Le duo se révèle exceptionnel et prend le spectateur littéralement à contre-pied. Chacun livre une interprétation puissante par leur sobriété et leur talent. Pierre Granier-Deferre utilise à merveille ses deux atouts. Une justesse dans la mise en scène, qui fait briller ces deux piliers du cinéma français dans cette œuvre crépusculaire et inoubliable.

L’affaire Dominici (1973) de Claude Bernard-Aubert

Il s’agit de l’un des derniers films de Jean Gabin, et quel film ! Comment ne pas être absorbé par cette histoire tragique et vraie. A 69 ans, l’acteur signe une composition exceptionnelle. Pleinement conscient de son âge, de son physique et de la structure de son personnage, Jean Gabin fait une nouvelle fois preuve de son immense talent à incarner les rôles les plus troublants. Claude Bernard-Aubert livre une mise en scène de bonne facture, et qui vieillit plutôt bien. Dommage que ce long métrage ne soit que trop rare à la télévision.

 Archimède le clochard (1959) de Gilles Grangier

Quand Jean Gabin retrouvait Gilles Grangier et Michel Audiard, cela donnait forcément sur lourd ! Sous ses airs de de comédie, Archimède, le clochard est une œuvre bien plus profonde et osée qu’il n’y parait. Gilles Grangier aborde ici la précarité et le chômage à travers un homme âgé sans emploi et SDF. Jean Gabin est magistralement habité par ce personnage, qui ne se laisse pas abattre par le malheur mais qui se voit plutôt comme un homme libre. L’acteur fait fondre méticuleusement les dialogues de Michel Audiard dans sa bouche. Le réalisateur nous montre un personnage tendre, fantasque et poétique. Bref, on ne s’en lasse pas !

Un singe en hiver (1962) de Henri Verneuil

Jean Gabin a toujours souligné avoir pris un énorme plaisir à tourner ce film et collaborer avec Jean-Paul Belmondo. Henri Verneuil a composé un duo époustouflant enrôlé dans une belle histoire poétique si je puis dire. Le respect, l’alchimie et l’égalité entre les deux acteurs crèvent l’écran. C’est éblouissant et c’est clairement l’un des meilleurs duos dans l’histoire du cinéma français. Jean Gabin interprète Albert, un ancien bon vivant qui a promis à sa femme de ne plus boire de l’alcool depuis la fin de la Guerre mais la rencontre qu’il va faire avec Gabriel (J-P Belmondo) va changer la donne. Et cette rencontre va nous offrir des scènes fantastiques entre deux amis où l’on retrouve une nouvelle fois d’excellents dialogues de la part de Michel Audiard. Bref, c’est du grand cinéma avec de très très grands acteurs. Si vous n’avez pas eu l’occasion de voir ses cinq films, on vous conseille vivement d’y remédier…


Mentions honorables :

 « Le Président » réalisé par Henri Verneuil

Jean gabin

 « La Horse » réalisé par Pierre Granier-Deferre

La Horse
Year: 1970 france
Director: Pierre Granier-Deferre
Julien Guiomar, Jean Gabin
Photo12/Collection Cinéma

 « La Grande Illusion » réalisé par Jean Renoir

La grande illusion

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Arthur Dupont dit :

    Juste une mention honorable pour La Grande Illusion ? Quand même ! :O

    Aimé par 2 personnes

  2. princecranoir dit :

    Comme Arthur,
    Choix étonnant, certes subjectifs, mais essentiellement centrés sur la Gabin d’après guerre, le vieux Gabin quoi. Quid du Gabin maudit, tourmenté, enfievré par les femmes fatales, quid de la Bandera, de Pépé le Moko, de la Bête Humaine, de la Belle Équipe ?

    Aimé par 1 personne

  3. belette2911 dit :

    Un singe en hiver passe ce soir, sur une chaîne belge, je le regarde tout en pianotant !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s