Rocky Balboa, l’icône éternelle

Le 24 mars 1975, Mohammed Ali affronte Chuck Wepner, un boxeur inconnu du public qui, à la surprise de tous, réussit à tenir le coup jusqu’au 15e round face au plus grand boxeur de tous les temps. Dans les estrades, est assis un jeune scénariste ambitieux qui s’inspire de ce combat pour créer le personnage qui le rendra célèbre, et qui le propulsera au sommet d’Hollywood. Sylvester Stallone fait naître Rocky, ce boxeur gaucher de Philadelphie qui aujourd’hui, est l’un des icônes les plus connus du cinéma. Ce n’est que près d’un demi-siècle après la sortie de Rocky au cinéma, et bien trop tard je dois l’admettre, que j’écris sur cette série de films inspirante et excitante.

top-10-rocky-movie-fight-scenes-kung-fu-kingdom-770x472_orig

L’œil du Tigre

 Qui ne s’est jamais entrainé sur le thème Eye of the Tiger ou encore Gonna Fly Now? La force phénoménale des films Rocky est qu’ils sont loin d’être que de simples films de boxe. Persévérance, détermination, optimisme, motivation, ce n’est qu’une mince énumération que ce qu’inspire Rocky Balboa aux millions de cinéphiles qui, à travers les années, ont découvert cette série de films signée Sylvester Stallone. Le personnage de Rocky est l’un des plus humains que j’ai vu dans une œuvre cinématographique des années 70-80. Le développement de ce boxeur gaucher à travers ses combats et les épreuves auxquelles il fait face est incroyable. Stallone nous présente un être humble et généreux, qui se nourrit de la vie et des occasions qui se présentent devant lui pour tenter de se sentir vivant, de se respecter et de savoir qu’il est quelqu’un aux yeux des autres. Cette facette de la personnalité de Rocky évolue avec le premier film et son point culminant arrive à la toute fin lors de son combat contre Apollo Creed, ce qui rend la scène tant excitante et savoureuse.


C’est pas fini tant que la cloche n’a pas sonné !

Rocky, Rocky II, Rocky III, Rocky IV, Rocky 5, Rocky Balboa, Creed, Creed II, tous ces films (ou presque…) réussissent à arriver au même but, en se démarquant les uns des autres, celui d’inspirer et d’enseigner de nombreuses valeurs importantes de la vie. « Ce qui compte, c’est pas la force des coups que tu donnes, c’est le nombre de coups que tu encaisses tout en continuant d’avancer. Ce que t’arrives à endurer tout en marchant la tête haute. C’est pas fini tant que la cloche n’a pas sonné. ». Rocky aura certainement touché de nombreuses personnes, des plus jeunes aux plus âgées. Certains affirment même voir les films de Rocky comme des leçons de vie. Stallone parvient avec cette saga à sortir du cadre cinématographique pour venir s’installer directement dans le cœur des gens.

a-rocky-balboa-DVD_VIDEO-15

Yo Adrian, j’ai gagné! 

L’histoire derrière la production du premier film en 1976 est elle-même un exemple des valeurs qui sont présentes dans Rocky. Sylvester Stallone s’est battu jusqu’au 15e round pour tenir tête aux producteurs du film afin d’obtenir le rôle de son personnage, en plus d’avoir eu à tourner ce métrage en 28 jours, avec un maigre budget de 1 millions de dollars. Au final, le pari de Stallone aura porté fruits puisque Rocky est rapidement devenu un succès planétaire, a remporté trois Oscars dont celui du meilleur film et Rocky Balboa s’est transformé en symbole non seulement pour les 7 autres films qui ont suivi, mais également pour des générations de cinéphiles qui se sont ébahis devant ce personnage légendaire aux valeurs propres. Seul le thème Going to Distance de Bill Conti réussit à nous faire frissonner, rajoutons-y de nombreuses phrases cultes, des scènes sensibles et puissantes, des personnages attachants et une fois le tout assemblé, nous avons un film qui vient de se graver une place parmi les œuvres cultes du cinéma.

Un impact retentissant !

Le succès colossal de la franchise a donné un immense coup de projecteur sur Philadelphie. Dés le premier film, la plus grande ville de Pennsylvanie connait un rayonnement touristique plus important. A travers ce regain de forme économique, la ville s’est vue métamorphosée en cité culturelle. Bien évidemment, la saga Rocky n’est pas uniquement le seul facteur dans la résurrection de Philadelphie, mais on ne peut pas ignorer son retentissement. Le rêve américain par excellence !

Le personnage de Rocky cristallise énormément d’aspects de la société américaine (d’hier et d’aujourd’hui), ce qui le rend transgénérationnel à l’international. On peut même parler de passeport socio-culturel. Une conjugaison entre le sport, le cinéma, tout en ayant un certain réalisme sur le succès, du sommet à la chute, pour ensuite arriver à la résurrection. La franchise Rocky parle à un large public car elle a plusieurs cordes à son arc, que ce soit sur le plan scénaristique, musical, sportif, sociétal ou tout simplement cinématographique. La saga s’est étalée sur près d’un demi-siècle, ce qui est exceptionnel ! Bien sûr, il y a eu des hauts et des bas, mais chacun y trouve son compte à travers l’éventail de l’étalon italien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s