Il était une fois… Little Children de Todd Field

Little Children est film dramatique américain coécrit et réalisé par Todd Field.

Dans une banlieue chic de Boston s’entrecroisent les destins de personnages en quête de bonheur. Deux couples se délitent au profit d’une union inédite.

Il s’agit de l’adaptation du roman éponyme de Tom Perrota. Ce dernier a assisté Todd Field à l’écriture du scénario, tout en laissant une liberté totale au cinéaste américain. En effet, le romancier souhaitait voir une œuvre cinématographique originale qui s’imprègne légèrement du roman.

Todd Field a présenté Little Children dans de nombreux festivals internationaux, comme Deauville, Palm Springs ou encore Dublin. Le long métrage a obtenu un accueil chaleureux et de nombreuses récompenses.


Dans la cour de récréation…

Lorsque l’on évoque Little Children, on l’associe à deux films de Sam Mendes, à savoir American Beauty et Les Noces Rebelles. En effet, ces trois longs métrages partagent la même toile de fond et l’intimité du couple. Pour ce qui est de l’œuvre de Todd Field, nous la considérons comme une œuvre qui vient parfaitement compléter les deux autres.

Todd Field nous plonge dans une petite banlieue américaine, qui n’est pas aussi éloignée que ça de nos propres quartiers. Derrière les différents clans et les apparences se cachent des individus en proie à des pulsions, des fantasmes, des secrets… Le cinéaste met tout ce petit monde à nu, et dresse ainsi un portrait sans concession de la société et de la nature humaine.

Dans un premier temps, Todd Field et Tom Perrota ne cachent pas leur intention de nous offrir un conte moderne. Une voix off accompagne le spectateur, les personnages sont volontairement étiquetés et l’imagerie flirte avec l’onirisme. La photographie d’Antonio Calvache est d’une élégance renversante. Les couleurs et la lumière favorisent l’immersion et l’aspect fantasmagorique du long métrage. Un relief que l’on peut assimilé à un masque, comme celui que porte (volontairement ou non) chaque personnage.

Le réalisateur arrive à trouver un équilibre parfait dans le développement des différents protagonistes. De plus, il s’est offert une superbe distribution. Kate Winslet est impeccable en mère au foyer (assez désespérée) en quête d’une nouvelle vie. A ses côtés, Patrick Wilson est tout aussi remarquable. En seconds couteaux, Jennifer Connelly (Dark City) et Jacky Earle Haley (Watchmen) sont excellents. Et pour finir, Phyllis Somerville (Stocker) est bouleversante.

Todd Field a réussi cristalliser la société de la classe moyenne. Chaque personnage renvoie à l’autre, comme c’est le cas dans la réalité. Les rapports humains et l’égoïsme sont mis à nue. Le cinéaste ne caresse pas dans le sens du poil, il veut nous mettre en face de notre nature et notre conditionnement. Son regard n’est pas des plus joyeux, mais nous sommes dans une fable moderne. L’intention est de nous faire réfléchir sur nos fantasmes, nos secrets, nos choix et nos actes, à travers un cynisme qui bouscule.

Les compositions de Thomas Newman (La Ligne Verte, American Beauty) colle merveilleusement avec le propos et l’imagerie de Todd Field. Son score véhicule à la fois la légèreté, un certain onirisme et de la mélancolie.

En résumé, Little Children est un véritable petit bijou acidulé. Todd Field nous fait goûter le miel, sans oublier le vinaigre. Le casting est d’un éclat renversant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s