Critique : Hold-up (1985)

Hold-up est une comédie policière franco-canadienne coécrite et réalisée par Alexandre Arcady.

Déguisé en clown, Grimm dévalise la banque de Montréal. Il prend 32 otages, dont parmi eux 2 sont des complices. Le casse réussit, mais intervient Larsky, un rival, ainsi que la police, qui vont nuire au braquage parfait effectué par Grimm.


Un vieux pétard mouillé !

Netflix vient d’ajouter sur son catalogue quelques grands succès de Jean-Paul Belmondo. Parmi eux, Hold-up figure comme un inédit pour moi. Bien sûr, je connais les rebondissements du tournage et surtout le fait que c’est la dernière fois que Bebel incarne un voleur dans une comédie policière. Alexandre Arcady et Francis Veber forment un duo aussi étonnant, qu’alléchant, et encore plus lorsque l’on regarde ceux qui composent la distribution. Tout semble réuni pour passer un bon moment de rire et de spectacle.

Malheureusement, le long métrage souffre de plusieurs carences, et notamment dans ses intentions. Alexandre Arcady et son équipe tentent l’aventure outre-Atlantique, alors que la vision et l’ambition ne sont pas à la hauteur. Jean-Paul Belmondo méritait beaucoup mieux, surtout pour réellement se démarquer des productions précédentes.

La première partie du film n’est pas exceptionnelle, mais elle nous montre un potentiel « sous-exploité ». Tout d’abord, les personnages sonnent creux, malgré les efforts des acteurs. Cela dit, Guy Marchand est très certainement le moins investi de la troupe. Le côté huis clos avec le braquage de la banque est expédié pour arriver sur une seconde partie brouillonne et peu réjouissante. On peut même dire que l’on s’emmerde. La comédie policière n’est pas dans l’ADN cinématographique d’Alexandre Arcady, contrairement à Francis Veber (Les Fugitifs) ou Claude Zidi (Les Ripoux). Le manque de rythme et d’équilibre dans le script fait que Hold-up n’atteint même pas le statut de bon divertissement. A mon sens, le long métrage manque d’un minimum de sérieux et surtout d’une approche plus audacieuse.

En résumé, Hold-up a bien pris la poussière avec les années. On est très loin de Inside Man ou Un après-midi de chien. Alexandre Arcady apparait moins inspiré lorsqu’il s’aventure sur le continent américain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s