Critique : Small Soldiers (1998)

Small Soldiers est un film fantastique américain réalisé par Joe Dante.

Alan Abernathy est un adolescent trop remuant pour la petite bourgade de l’Ohio où il habite. Expulsé du lycée pour une innocente plaisanterie, il aimerait se racheter aux yeux de son père, marchand de jouets. Un jour où son père part en voyage d’affaires, il prend sur lui de renouveler un stock de jouets désuets. C’est ainsi qu’il obtient une douzaine de figurines d’action : un commando d’élite super-musclé et une tribu de monstres patauds, les Gorgonites. Comment pouvait-il se douter que ces charmants jouets étaient programmés pour s’entretuer et semer la panique ?


Hey Joe !

Les années 1990 n’ont pas été de tout repos pour Joe Dante. Dans cette période, ce dernier n’a réalisé que trois films (Gremlins 2, Panic à Florida Beach et Small Soldiers), alors qu’il devait être aux commandes de La Momie, Space Jam et Le Fantôme du Bengale. Le réalisateur américain n’est plus autant sollicité par les grosses productions. Une page se tourne…

Cela dit, Steven Spielberg fait de nouvel appel à lui pour réaliser Small Soldiers, dot l’ambition initial pourrait donner un nouveau souffle à la carrière du réalisateur. La post-production réunit plusieurs firmes comme Hasbro, Burger King et Coca-Cola. Malheureusement, ses partenariats vont amener certaines barrières à Joe Dante. Le scénario sera totalement chamboulé pour rester au maximum grand public et vendre du jouets à la pelle.

Sur le tournage, Joe Dante se retrouve à improviser certaines scènes pour remplacer celles qui étaient initialement prévues. Malgré l’appuie de Steven Spielberg, le réalisateur galère à imposer sa vision du script. C’est pourquoi, il est souvent reproché au film d’être trop enfantin, alors qu’il se veut bien plus sérieux et pertinent.

Toy Story à la sauce horrifique ?

Le duo Spielberg/Dante reste fidèle aux thématiques qu’ils ont pu aborder dans leurs précédentes collaborations, notamment sur Gremlins 2. On retrouve également la volonté de tirer le spectacle américain vers la satire. Un tacle sur la société moderne de consommation et communication, qui n’a pas dû plaire à tous les producteurs du film. Cela est peut-être l’une des raisons pour lesquelles beaucoup de scènes ont mises à la poubelle par Burger King.

D’ailleurs, on ressent de la tiédeur dans la mise en scène. Joe Dante ne véhicule pas la même fluidité que sur ses films précédents. Il est contraint de prendre en compte les exigences des actionnaires, avant les intérêts artistiques. C’est pourquoi, le réalisateur prend un malin plaisir à détourner les images et le propos en sa faveur. La dernière partie du film reflète totalement l’humour de Joe Dante, et ce jusqu’à la dernière réplique. L’horreur n’est pas aussi représentée que sur Gremlins, mais elle est tout de même suggérée.

Les effets spéciaux animatroniques ont plutôt bien vieillis, il faut dire que c’est Stan Winston (Terminator, Jurassic Park) et Stefen Fangmeier qui tiennent la barre. L’animation est tout aussi convaincante avec David Andrews (Mars Attack !). Les prouesses visuelles apportent un véritable cachet à l’écran.

Au niveau du scénario, ça reste très enfantin. Heureusement, que Joe Dante a apporté une relecture. Cela manque d’une patte plus en adéquation avec le réalisateur, nous pensons à Shane Black ou bien Spike Jonze. Malheureusement, Steven Spielberg s’est embarrassé en s’associant avec Burger King.

La bande originale de Jerry Goldsmith ne prend pas la dimension qu’elle mérite. Pourtant, les compositions sont vraiment excellentes. Le compositeur fait quelques clins d’oeil à son propre travail sur Rambo et Patton. Joe Dante se montre habile dans l’utilisation des Spice Girls et Led Zeppelin.

En résumé, Small Soldiers souffre d’un manque total de liberté créative, mais les intentions de Joe Dante rendent le long métrage très sympathique. On vous conseille la version originale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s