Critique : Légendes d’Automne (1995)

Légendes d’Automne est un film dramatique américain réalisé par Edward Zwick.

Au cœur des contrées sauvages du Montana, trois frères, Alfred, Tristan et Samuel sont élevés par leur père, le colonel William Ludlow et ses amis indiens. Un jour, Samuel, le plus fragile, présente sa ravissante fiancée, Susannah à sa famille. Les trois jeunes hommes s’engagent dans la première Guerre Mondiale et Samuel décède sur le champ de bataille. A leur retour, Tristan et Alfred se battent pour conquérir le cœur de la belle veuve.

Edward Zwick (Le Dernier Samouraï, Blood Diamond) apparait comme l’un des dignes héritiers de David Lean et John Ford. Son sens de l’aventure et du spectacle nous a offert de grands moments de cinéma. Aujourd’hui, le cinéaste américain peine à trouver les financements et les partenaires à la hauteur de ses ambitions. Son dernier long métrage, Jack Reacher : Never go back s’est révélé assez décevant. On est loin de l’épopée épique qu’est Légendes d’Automne.


Un cœur qui bat pour les autres

Après avoir rencontré un beau succès avec Glory, Edward Zwick se voit confier l’adaptation de la nouvelle de Jim Harrison. Les crédits s’affichent à hauteur de 30 millions de dollars pour réaliser une fresque historique sur fond de tragédie familiale. Et le résultat final est plus que magnifique. Légendes d’Automne reflète une facette du cinéma qui se fait de plus en plus rare. Une recette hollywoodienne du passé, mais qui reste toujours aussi spectaculaire.

Edward Zwick s’appuie sur la métamorphose sociétale de l’Amérique, pour y amener des thématiques fortes et intemporelles. La famille est le noyau autour duquel s’articule les émotions et la complexité humaine. Du point de vue de la mise en scène, on se rapproche du western. La photographie de John Toll (La Ligne Rouge, Braveheart) nous offre des images sublimes, en adéquation avec la fibre artistique du réalisateur. La richesse des décors et des costumes participe activement à la réussite visuelle et à l’immersion. Il en ressort une atmosphère intime et crépusculaire, où viennent se confondre les différents esprits sauvages du Montana.

La transition est toute trouvée pour aborder le personnage de Tristan, l’épicentre de toutes les émotions et des évènements. Edward Zwick exploite à merveille cœur indompté, qui secoue tous ceux qui l’approche. De plus, il est formidablement interprété par Brad Pitt. Le rôle de Tristan lui permet de mettre en avant sa palette de jeu et son charisme. L’étiquette du sex-symbole à l’américaine est clairement affichée. Ses partenaires sont également très bons, notamment Anthony Hopkins, Aidan Quinn et Julia Ormond. Chacun trouve un personnage taillé sur mesure, et amène une véritable alchimie entre les interprètes.

L’intrigue est portée par la tragédie de la vie, à travers une certaine poésie. L’évolution de la société américaine est subtilement traitée, notamment dans l’impact qu’elle a sur les foyers les plus reculés du pays. Les relations fraternelles et amoureuses sont aiguillées avec intelligence. Certains reprochent un manque d’originalité, alors qu’il s’agit surtout d’un hommage aux grandes fresques du cinéma américain des années 1960. Un choix qui se justifie et mis au goût du jour avec finesse.

Cerise sur le gâteau, les compositions sublimes de James Horner. Ce dernier signe un score d’exception qui se conjugue parfaitement avec les grands espaces et les personnages. Les musiques appuient les émotions et amènent un souffle épique à cette épopée. On retrouvera la même maestria pour Braveheart de Mel Gibson.

En résumé, Légendes d’Automne est un grand et beau film à l’américaine. Une histoire passionnante, des personnages attachants et une photographie renversante donnent lieu à une œuvre aussi émouvante, que spectaculaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s