Lascars (2009)

Lascars est un film d’animation franco-allemand réalisé par Albert Pereira-Lazaro et Emmanuel Klotz.

Ce qu’il faut savoir sur ce film :

– A l’origine, Les Lascars a été une série à sketches d’une minute, diffusée sur Canal + à partir de l’été 1998. Elle a eu le droit à deux saisons de trente épisodes chacune.

– Avec Lascars, Albert Pereira-Lazaro et Emmanuel Klotz signent leur premier long métrage.

Quand le cartoon se pose en cité…

Il n’est jamais facile de passer du format série, à celui du long métrage. Albert Pereira-Lazaro et Emmanuel Klotz et leur équipe ont totalement réussi cette transition. On prend un réel plaisir de (re)découvrir cette petite friandise acidulée.

Tout d’abord, les réalisateurs et leur équipe véhiculent le plaisir de participer au long métrage. Cela se ressent dans le graphisme, l’animation et le doublage. Les personnages donnent une carte « quasi » blanche à la distribution. Chacun arrive à suivre l’axe principal du projet, tout en prenant une certaine liberté.

Sur le fond, Les Lascars garde le même ton que la série. Le comique de situation s’accorde avec des personnages stéréotypés et les thématiques sont assez classiques. L’ensemble prend son relief avec les dialogues et le casting. Il y a petit côté Bernie Bonvoisin (Les démons de Jésus) et Michel Audiard. Un sac d’embrouilles au milieu de protagonistes dépassés par les évènements. On est dans la grande tradition de la comédie française, soufflée par une petite brise de quartier.

La mise en scène emprunte différents genres et références, comme en témoigne les choix graphiques et l’animation. A l’image de leur écriture, Albert Pereira-Lazaro et Emmanuel Klotz font dans l’efficacité, afin d’être le plus fluide possible. Le rythme est habilement dosé, ce qui rend le final complètement barré et explosif.

Sans aucun doute, la distribution s’est amusée à doubler cette galerie de bras cassés attachants. Vincent Cassel en impeccable en Tony Merguez, qui rappelle évidemment Vinz (La Haine). Gilles Lellouche, Frédérique Bel, IZM, Diane Kruger et Diam’s apportent leur grain de folie à leur personnage.

La bande originale est un cocktail de la street-culture avec IZM, House of pain, Oxmo Puccino ou encore Diam’s. Le score s’allie parfaitement avec l’atmosphère légère et urbaine du film.

En résumé, Les Lascars s’inscrit parmi les meilleures comédies françaises des années 2000. Inattendue et rafraichissante, nous patientons dans l’espoir de voir naître une suite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s