Critique : Loki (2021)

Loki est une série télévisée américaine créée par Michael Waldron et réalisée par Kate Herron (Sex Education).

Alors que Loki a été tué par Thanos dans Avengers : Infinity War, l’histoire prend place plus tôt, en 2012, dans une réalité alternative créée par le Casse temporel des Avengers après que le Loki de 2012 se fut échappé avec le Tesseract. Après son évasion, il est emmené auprès du Tribunal des Variations Anachroniques (ou TVA, Time Variance Authority en VO), un organisme qui agit pour arrêter toute personne qui tenterait d’altérer le passé ou le futur et qui protège l’« éternel flux temporel »


Fidélité et créativité

Après WandaVision et Falcon et le Soldat de l’Hiver, la série Loki débarque à son tour sur Disney +. Les studios Marvel et la plateforme de streaming ont misé énormément sur cette série, car elle a pour objectif d’être le tremplin pour la nouvelle phase du MCU. Le budget de cette première saison s’affiche aux alentours de 90 millions de dollars pour six épisodes, ce qui moins que WandaVision (225 millions $) et Falcon et le Soldat de l’Hiver (150 millions $). Pourtant, les ambitions et les attentes sont plus importantes que les séries précédentes. Le créateur de Loki souhaite se rapprocher de la qualité de Watchmen, Mad Men ou encore Arrête-moi si tu peux.

Le président de Marvel Studios, Kevin Feige voit cette série comme le passage parfait pour introduire le TVA, continuer l’exploration du multivers et développer plusieurs facettes de Loki. L’écriture est confiée à un jeune scénariste, Michael Waldron (Rick et Morty), qui est épaulé par Elissa Karasik, Bisha K. Ali, Eric Martin, Tom Kauffman et Jess Dweck. L’équipe compose pendant près de cinq mois le scénario des six épisodes.

La transition est toute trouvée pour aborder les qualités et les faiblesses du script. Loki se montre aussi labyrinthique et malicieux que le personnage-titre. Sa psychologie est passée au crible, ce qui renforce l’attachement pour cet anti-héros et apporte une dimension très forte à la série. Les protagonistes secondaires ne sont pas pris à la légère, et cela amène des interactions très intéressantes avec Loki. La galerie de personnages est clairement l’un des gros points forts de la série, et elle se démarque ainsi des autres séries.

L’intrigue est conçue de manière assez simple, puisqu’il s’agit d’une course contre la montre en passant par une enquête sur le TVA et ses origines. Chaque personnage y intervient de façon pertinente et rarement gratuite. Les liens se tissent rapidement avec le spectateur, tant les scénaristes ont pris soin de les incorporer et de leur tracer des enjeux et des dilemmes passionnants, voir émouvants.

L’intelligence scénaristique se reflète également dans la conception des dialogues. Les mots utilisés ont préparé en amont, en prenant en compte les caractéristiques des personnages et des interprètes. Les références de Michael Waldron sont parfaitement adaptées pour donner lieu à une histoire cohérente et passionnante. Toutefois, on peut admettre certaines facilités concernant les motivations du TVA vis à vis de Loki. Ce dernier a tenté de modifié le flux temporel, et s’est fait épinglé. En revanche, les Avengers ont été libres de le faire. A ce jour, nous n’avons pas encore un éclaircissement sur cette différence. Il serait intéressant de le justifier par la suite.

A la mise en scène, Kate Herron et son équipe nous proposent un bouquet séduisant et jubilatoire. La cinéaste britannique a réussi à s’approprier le propos et les personnages, cela se ressent tout au long de la série. Elle livre des séquences qui respirent la passion et la créativité. Le rythme est mené à la perfection, ce qui était une faiblesse sur les séries précédentes et quelques films du MCU. L’esthétique a été subtilement élaborée en puisant dans différentes époques. Le mélange est savoureux et audacieux. La richesse des décors surpasse la plupart des production des studios Marvel, voir même celle de Disney. La direction artistique respecte le comics d’origine, et n’hésite pas à opter pour une véritable dimension cinématographique.

On peut vraiment se satisfaire de l’investissement de Kate Herron et ses collaborateurs. Les environnement ont été murement pensés par l’ensemble, à l’image des différents mouvements de caméra et des plans larges. Rien n’apparait hasardeux ou en surcharge, ce qui est rare dans les grosses productions Marvel. La photographie de Autumn Durald fait des étincelles, et on attend avec impatience de voir son travail sur Black Panther: Wakanda Forever.

Et la petite cerise sur le gâteau, c’est le score de Natalie Holt. Là aussi, on nous offre de l’originalité avec des sonorités qui claquent et qui épouse parfaitement l’imagerie de la série. Les personnages sont également portés par les différents thèmes, notamment la sublime réinterprétation de La Chevauchée des Walkyries de Wagner. Bref, c’est l’une des plus belles bandes originales du MCU.

Tom Hiddleston ne cache son plaisir et son amour pour le rôle de Loki. Même après plusieurs films, l’acteur parvient encore à nous surprendre. Son interprétation est impériale, et amène encore plus de profondeur au personnage. On savoure chaque phrase ou mimique, et on hâte de le retrouver dans les prochains films du MCU.

L’une des grandes révélations du casting, c’est évidemment Sophia Di Martino. Son jeu et son physique ont structuré immédiatement ce nouveau personnage, qu’est Sylvie. On s’y attache assez rapidement, et sa complicité avec Tom Hiddleston est instantanée. Le duo fonctionne à la perfection.

La bonne petite surprise, c’est Owen Wilson. Ce dernier s’approprie le rôle de Mobius, qui apparait à contre-emploi pour l’acteur. A la fois solide, piquant et attachant, Owen Wilson trouve l’un des meilleurs rôles de sa carrière.

Gugu Mbatha-Raw, Richard E. Grant et Wunmi Mosaku se montrent également convaincants, et chacun détient une ou plusieurs importantes au sein de la série.

Il s’agit de la meilleure distribution, toutes séries Marvel confondues. L’investissement des interprètes est optimal, et cela confirme la cohérence artistique qui vibre au sein de cette série.

En résumé, Loki s’affiche comme une véritable réussite, et ce sur tous les plans. On ne peut que saluer le travail collectif et la créativité de chacun. Tom Hiddleston est absolument génial !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s