Critique : 8 rue de l’Humanité (2021)

8 rue de l’Humanité est une comédie française coécrite et réalisée par Dany Boon.

Alors que certains ont préféré fuir la capitale, sept familles sont restées confinées dans un immeuble du 11ème, au 8 rue de l’Humanité. Une patronne de bistrot, un scientifique ambitieux qui veut trouver le vaccin, un hypocondriaque en panique, sa femme avocate, un coach sportif qui grossit au fil des semaines, sa fiancée enceinte, un riche self-made-man désespéré et deux enfants de 8 et 10 ans qui, grâce au confinement, vont tomber amoureux.


Hein ?

Dany Boon collabore pour la première fois avec Netflix, et cela ne restera dans les mémoires. Dés les premières minutes, 8 rue de l’Humanité apparait comme un mix des sitcoms françaises actuelles. Malheureusement, on tombe rapidement dans la facilité et l’humour poussif. L’ensemble des gags ne reflètent pas l’originalité, ni même la qualité. Depuis quelques années, Dany Boon tourne en rond dans la comédie française. On aimerait plus d’audace de sa part, ne serait-ce que dans l’écriture. Les personnages, les péripéties, les sketchs ou encore le casting sonnent le vu et revu. Cet ensemble brouille la sincérité du réalisateur, notamment sur l’aspect poétique et dramatique. Le sujet n’est présent que pour servir des sketchs (déjà) réchauffés.

La mise en scène ne tire pas non plus dans l’originalité, bien au contraire. Gérard Oury, Claude Zidi ou encore Francis Veber sont passés par là, et on a l’impression que Dany Boon a oublié qu’il avait un certain devoir envers le spectateur et la comédie au cinéma. C’est pourquoi, le film souffre énormément dans son rythme et ses transitions.

Côté casting, on retient surtout François Damiens, même si Dany Boon l’enferme, lui aussi, dans un personnage réchauffé. Dans l’ensemble, la distribution peine à convaincre. Encore une fois, l’écriture et la direction de Dany Boon n’apporte rien aux acteurs et aux actrices, à part les cloitrer dans des cases.

En résumé, 8 rue de l’Humanité nous prouve bel et bien que Dany Boon et sa bande tournent sur eux-mêmes. Cela en devient de plus en plus gênant…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s